Réhabilitation d’une maison en Côte d’Or (21)

Aux sources de la Seine…

Maison de ville et intérieur ; beaux murs en pierre (50cm) ; charpente bois

Le maître d’ouvrage souhaite réaliser des travaux dans une belle maison en pierre du 17ème siècle. Les objectifs du maître d’ouvrage sont les suivants :

  • Permettre le confort thermique en hiver pour tous ;
  • Mettre en place un chauffage respectueux sur le plan écologique : réduire les consommations et les couvrir par une énergie la plus vertueuse possible ;
  • Mettre en œuvre des systèmes robustes et simples d’usage, adaptés à l’usage intermittent de cette maison.

P-tréma a réalisé l’étude en coût global sur 30 ans de trois stratégies de chauffage, toutes fondées sur un travail sur l’enveloppe respectant son esthétique ancienne et l’intégration d’énergies renouvelables :

  • poêle à bois + chaudière fioul conservée
  • poêle à bois + radiateurs électriques (électricité fournie par Enercoop)
  • poêle à bois + pompe à chaleur sur nappe

L’étude de la production thermique est couplée à l’étude des émetteurs : radiateurs en fonte conservés, plancher chauffant, etc.

Différents facteurs ont été déterminés pour répondre aux objectifs du maître d’ouvrage :

  • confort atteint
  • coûts d’investissement
  • coûts énergétiques annuels
  • coûts d’exploitation-maintenance
  • émission de CO2

Les enseignements  de cette étude sont les suivants :

  1. En terme de confort, l’effusivité des matériaux joue beaucoup. Il est possible de mettre en place sur les murs très épais, non isolés, froids au contact des matériaux moins effusifs (enduits fibre végétale – terre, lambris, etc.) ce qui permet d’augmenter la température de la surface même si l’isolation thermique augmente peu. Ainsi, la température ressentie est plus important, et donc la sensation de froid baisse.
  2. Sur le plan économique, l’intermittence influe fortement sur le résultat : en terme de coût, la stratégie « pompe à chaleur » peut devenir intéressante si la maison est densément occupée. Autrement, les stratégies nécessitant moins d’investissement (stratégie 1) ou décentralisées (stratégie 2) se valent, sur le plan économique. Une solution décentralisée est par ailleurs préférable dans le cas « maison secondaire » (plus de réactivité, plus facile pour la gestion et l’entretien).
  3. Enfin, la stratégie de réhabilitation se veut avant tout frugale. Les études montrent toutefois l’intérêt d’associer un peu de domotique aux systèmes, surtout dans le cas « maison secondaire »

Publié par heloisepe

Gérante de P-tréma. Ingénieure en performance énergétique, matériaux & qualité environnementale du patrimoine bâti. Et aussi : cycliste, chanteuse et composteuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :